L’éducation à domicile dans votre avenir ? Essayez ces conseils

 

Tu veux aller à l’école à domicile ? Vous êtes curieux d’en savoir plus ? Eh bien, vous êtes au bon endroit. Il y a un certain nombre de choses que vous devez savoir. Cet article vous aidera dans votre cheminement. Continuez à lire pour en savoir plus sur cette alternative à l’école publique.

Suivez l’exemple de votre enfant en ce qui concerne l’enseignement à domicile. Bien que vous puissiez être tenté d’envoyer votre enfant à l’école à la maison jusqu’à l’obtention de son diplôme, il se peut qu’il ou elle ne ressente pas la même chose. Au fur et à mesure que votre enfant grandit, l’idée d’une école ordinaire peut devenir plus attrayante. Écoutez toujours votre enfant et prenez le temps d’examiner toutes les options qui s’offrent à lui. Utilisez une plastifieuse pour pouvoir garder plus longtemps vos documents.

Vous voudrez peut-être réfléchir à la façon dont l’enseignement à domicile aura une incidence sur vos finances. Cela peut être un fardeau énorme si vous devez cesser de travailler à l’extérieur de la maison pour le faire. Même si vous êtes déjà un parent au foyer, vous aurez moins de temps à consacrer à vos tâches quotidiennes. Déterminez si votre décision vous amènera à opter pour des options plus pratiques mais plus coûteuses, comme la livraison à l’épicerie ou l’embauche d’une femme de ménage.

Vous devriez créer un plan budgétaire pour vos efforts d’enseignement à domicile. Profitez de ressources gratuites telles que les bibliothèques, l’Internet et d’autres familles d’enseignement à domicile. Établir des comptes distincts pour chaque enfant et y conserver un montant précis. Il vaut mieux s’en tenir au budget, mais sachez qu’il y aura des occasions où il sera nécessaire de s’écarter quelque peu du budget.

Les vacances en famille sont un excellent outil d’apprentissage. Essayez de vous arrêter dans des centres d’apprentissage, des musées, des quartiers historiques et même des zoos. Vous pouvez même réserver une journée entière de vos vacances pour des activités d’apprentissage. Votre famille prendra plaisir à apprendre et fera de l’école un événement familial.

Ne pas simplement aller par la méthode la plus populaire de l’enseignement à domicile. Examinez les intérêts de votre enfant et sa façon d’apprendre, et utilisez-les pour vous guider dans la bonne approche. Il y a beaucoup de méthodes pratiquées par les homeschoolers, et vous devrez peut-être en essayer quelques-unes avant de choisir celle qui convient le mieux à votre enfant.

Profitez des sujets qui plaisent à vos enfants. Si vous trouvez une chose que chacun d’eux aime, vous devriez être capable de prendre quelque chose de ce sujet et de l’appliquer à d’autres sujets également. Si vos enfants apprécient ce que vous faites avec eux tout en leur enseignant, ce sera beaucoup plus agréable pour tous les participants.

Trouvez un groupe de soutien ou une coopérative d’enseignement à domicile pour aider votre enfant à réussir. Dans une coopérative d’enseignement à domicile, un parent qui excelle en mathématiques peut offrir d’enseigner les mathématiques, tandis qu’un autre parent peut offrir d’enseigner l’anglais. En adhérant à l’une de ces coopératives, votre enfant recevra des informations que vous ne pourriez peut-être pas lui apprendre autrement.

L’école à domicile peut être géniale ! Idéalement, cet article informatif vous a aidé à comprendre certaines des nuances en cause et vous avez maintenant quelques idées pour vous aider dans votre décision. Suivez ces conseils pour créer la meilleure situation pour vous et votre famille. Vos enfants vous seront reconnaissants d’avoir investi du temps.

Performances parentales améliorées en quelques étapes faciles

Le rôle parental peut être extrêmement stressant et peut parfois vous donner envie de crier. Il est important d’apprendre à se calmer rapidement lorsque vos enfants ont appuyé sur tous vos boutons. Cet article vous donnera de bons conseils pour vous calmer pendant les moments de crise des petits enfants.

Montrez de l’affection physique pour votre enfant. Les êtres humains ont naturellement envie de toucher. Qu’il s’agisse d’un câlin, d’un baiser ou d’une simple tape sur la tête, le toucher peut être un excellent moyen de communiquer avec votre enfant et de lui témoigner de l’affection. Le toucher est particulièrement important lorsqu’ils sont malades ou tristes, car il les réconfortera.

Apprenez comment amener correctement votre bébé à votre sein afin d’éviter les mauvaises techniques de prise de sein. Ou alors l’idéal c’est d’avoir un tire lait qu’il soit manuel ou éléctrique. Une mauvaise prise du sein causera de la douleur pour la mère et une alimentation moins que satisfaisante pour le bébé, il est donc très important de prendre le sein avec votre technique. Assurez-vous de toujours amener le bébé jusqu’à votre sein et vérifiez qu’il a une grande quantité de l’aréole dans sa bouche pour une meilleure expérience.

Afin d’avoir un tout-petit qui se développe bien, il est important qu’ils aient de nombreuses heures d’interaction sociale. Une bonne idée pour y arriver, c’est qu’ils entrent dans une école maternelle. De cette façon, ils peuvent rencontrer d’autres enfants de leur âge et construire leur base de connaissances en même temps.

Pour que vos adolescents s’entendent bien avec vous, la confiance est très importante. Si vous essayez d’accuser votre adolescent de choses qu’il fait en fait, cela ne fera qu’empirer votre relation. Vous devez leur faire confiance ; à leur tour, ils respecteront et auront une si bonne relation avec vous qu’ils ne voudront pas faire quoi que ce soit pour vous décevoir.

Préparez vos propres aliments pour bébés lorsque votre bébé est prêt pour les aliments solides. Non seulement cela vous permettra de contrôler ce que vous leur donnez à manger, mais cela vous permettra aussi d’économiser une tonne d’argent. Avoir un enfant coûte extrêmement cher et vous devez donc réduire les coûts partout où vous le pouvez. Mettez de la nourriture dans la mijoteuse avant d’aller au lit et mélangez-la dans un pot après votre réveil.

Rappelez-vous toujours à quel point vos enfants enrichissent votre vie. Il y aura des moments où vous serez frustrés, mais il est important d’étreindre et d’embrasser vos enfants, peu importe le genre de journée que vous avez. Assurez-vous qu’ils savent à quel point vous vous sentez chanceux d’être leur parent. Ces gestes simples rehausseront votre humeur et feront en sorte que vos enfants se sentent aimés.

Donnez à vos enfants des éloges pour ce qu’ils font bien. Il est naturel de remarquer des comportements négatifs au lieu de comportements positifs. Cependant, si un enfant n’a pas l’impression de recevoir un renforcement positif pour les bonnes choses qu’il fait, il est plus susceptible d’adopter des comportements négatifs pour attirer l’attention.

Lorsque les choses deviennent difficiles en prenant soin d’un bébé difficile ou colique, n’ayez jamais peur de poser le bébé dans le lit d’enfant ou le berceau pendant que vous quittez la pièce pour quelques minutes. Pleurer ne fera pas de mal à votre enfant, et vous pouvez prendre une pause bien nécessaire pour vous regrouper ou appeler quelqu’un pour obtenir de l’aide ou du soutien.

Refroidir les médicaments en vente libre pour enfants peut les rendre plus appétissants pour vos enfants. Lorsque votre enfant refuse de prendre le médicament dont il a besoin, il est facile de devenir extrêmement frustré. Le goût désagréable des médicaments liquides en vente libre peut être amélioré avec un peu de refroidissement. Mettez les sirops OTC au réfrigérateur ou au congélateur pour les rendre plus savoureux pour vos enfants.

Comme nous l’avons mentionné au début de cet article, il est important que les parents apprennent des techniques pour se calmer. J’espère que cet article vous a donné de bonnes idées pour vous aider à vous calmer rapidement lorsque vos enfants repoussent les limites de votre patience. Une maman moins stressée, pour un monde meilleur !

 

La pédagogie Montessori, une approche éducative alternative

Depuis quelques années, elle a le vent en poupe, son nom : Montessori ! Cette approche ouverte de l’éducation n’est pourtant pas née de la dernière pluie. C’est en 1907 que Maria Montessori médecin et pédagogue, a développé ce qui allait devenir une révolution dans le domaine de l’éducation : une méthode novatrice qui prône l’autonomie, le respect du rythme et l’apprentissage bienveillant des enfants. Une méthode dans laquelle l’enfant dès son plus jeune âge développe ses facultés cognitives au contact de matériaux éducatifs (cubes, objets emboitables…), se corrige seul et progresse. Quant à l’éducateur, son rôle consiste à observer et accompagner sans jamais imposer afin de laisser le champ libre à l’éveil des plus jeunes.

Une réponse au mal-être des enfants ?

Si aujourd’hui la pédagogie Montessori peut être appliquée à l’ensemble des enfants, il est important de rappeler que c’est au contact de milieux sociaux très divers et d’enfants en difficultés rencontrés au fil des voyages de Maria Montessori qu’elle a émergé. A l’heure où les écoliers français font partie des enfants les plus stressés au monde avec les petits japonais (étude PISA pour l’OCDE), il serait intéressant de se pencher sur une nouvelle vision de l’apprentissage et de la réussite !

C’est d’ailleurs en ce sens que la pédagogie Montessori est intéressante puisqu’elle place l’enfant au cœur des attentions. Il est considéré comme un individu à part entière, digne d’intérêt car représentant les générations futures.

Une pédagogie qui se répand

A ce jour plus de 22 000 écoles dites Montessori existent dans le monde, et cette pédagogie alternative attire chaque année de plus en plus de novices parmi les enseignants mais aussi les parents d’élèves, soucieux du bien-être de leurs enfants. Enfin, rappelons que cette méthode repose sur des études scientifiques si bien qu’aujourd’hui elle est enseignée jusque dans les centres de formation. Une pédagogie alternative qui fleurie dans les écoles privées, dont le Projet Amana à Montpellier se fait écho ! D’ailleurs l’équipe responsable a besoin de votre soutien afin que l’école puisse ouvrir dès la rentrée 2016 !

L’assemblée vote une mesure contre les violences corporelles

Dans la nuit de vendredi à samedi, l’assemblée a voté contre les violences corporelles faites aux enfants lors de l’examen du projet de loi Égalité et citoyenneté. Trois députés socialistes ont proposé cet amendement qui devra maintenant passer au Sénat pour être mis en place.

Une nouvelle mesure, pourquoi ?

Il y a trois ans, une campagne choc inondait nos écrans, montrant l’intensité d’une gifle au ralenti (relire : Une campagne choc pour sensibiliser les parents à la violence d’une gifle). Un acte anodin pour les adultes, même si la culpabilité s’y mêle un peu, mais un acte jamais bénin pour les enfants. De sensibilisations en accompagnements, la France semble pourtant manquer de pédagogie sur ce sujet si sensible.

Au début de cette année 2016, l’ONU réclamait l’interdiction des châtiments corporels en France, estimant les efforts du pays sur ce sujet central insuffisants, contrairement aux mesures prises par ses voisins européens (relire : L’ONU réclame l’interdiction des punitions corporelles en France). Cette mesure entre dans une nouvelle phase de prévention à la violence faite aux enfants.

Quelles sanctions pour les parents ?

Cette mesure n’est que civile, c’est à dire que la fessée ou la gifle n’entraîneront aucune sanction pénale hors celles qui existent déjà. En effet, les sanctions pour maltraitance existent dores et déjà au pénal, avec circonstances aggravantes pour les personnes ayant autorité.

Olivier Maurel, président de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire précise pourtant que les circonstances peuvent aller en défaveur de l’enfant dans le cadre de la jurisprudence, au nom d’un « but pédagogique » qui atténuerait déjà les sanctions dans les tribunaux. Dr Lazimi dit quant à lui : « C’est admis en France depuis des millénaires qu’on peut frapper les enfants. Désormais, on dira clairement que tout coup porté à un enfant est une violence dont on ne doit pas user au sein de la famille : grâce à la loi, on va faire bouger la tolérance de la société« . Merci à Alif Lam Mim pour cet article, je vous invite à vous rendre sur son site internet de librairie Musulmane.

D’autres craignent des dérives, comme Bernard Golse, pédopsychiatre à l’hôpital Necker estimant que « C’est de la démagogie sécuritaire pour se donner bonne conscience. Comment trouver la frontière entre une fessée grave, qui relève de la maltraitance déjà interdite par la loi, et une petite tape punitive ? Où on met le curseur ?!« . Selon Olivier Maurel, « Il faut expliquer aux parents qu’on peut avoir de l’autorité sans passer par la violence« , qui a « des conséquences sur le stress, la scolarité, la perte d’empathie… Une claque par exemple, provoque de la sidération, interrompt le développement neuronal« .